De plan rectangulaire, elle a été édifiée entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle.
Les ornementations sont tirées du répertoire gothique (portes décorées de tores, choux frisés, archivoltes et fleurons) et médiéval (animaux fantastiques au bas des rampants).

Sur la façade occidentale dominée par un clocheton carré à flèche pyramidale, une niche abrite la scène de la lapidation de Saint Etienne (diacre de la première communauté chrétienne de Jérusalem condamné à être lapidé  vers l’an 34 par la foule), encadré par l’un de ses bourreaux et par Saül qui se fait complice de la foule.

Plus tard, Saül se convertira à la suite d’une vision du Christ sur le chemin de Damas et sera Paul, apôtre du christianisme.

L’édifice a été restauré en 1990 (charpente et lambris refaits).

Il abrite les statues (XVIIIe siècle) de Saint Etienne et de Saint Roch, personnages que l’on retrouve dans les verrières installées en 1992.

Date du pardon le : Dimanche 10 Juin 2018

Sources :
⇒ « Promenades en Vallée du Scorff »  de Jacqueline LE CALVE et illustrations de Loïc TREHIN – Editions  Yoran embanner
⇒ « Le Patrimoine des Communes du Morbihan » FLOHIC  Editions

« Saint Étienne, témoin courageux »
Benoît XVI le 26 décembre 2009
Après avoir souligné que la fête de saint Étienne « nous rappelle aussi tous ces croyants qui, à travers le monde, sont mis à l’épreuve et souffrent à cause de leur foi », le Pape a demandé de s’engager « à les soutenir par la prière et à être fidèles à notre vocation chrétienne, en mettant toujours au centre de notre vie Jésus-Christ que nous contemplons, en ces jours, dans la simplicité et l’humilité de la crèche ».

Célébration de Saint Étienne le 27 décembre.